Langue

En amont d’un “grand meeting de lancement” prévu le 15 janvier à Reims, Marine Le Pen (Rassemblement national, RN) effectue une tournée express débutant à Béziers, se poursuivant à Carcassonne puis s’achevant à Perpignan. Cette visite constitue un tour de chauffe de la candidate à l’élection présidentielle. CE dimanche 9 janvier, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN aussi), réserve une réception à celle qui a été sa compagne pendant 10 ans, avec laquelle il a partagé des week-end dans leur résidence de Millas. Le premier magistrat, qui est aussi l’un de ses porte-parole en vue de l’échéance des 10 et 24 avril, réserve évidemment son parrainage à M. Le Pen. Robert Ménard, maire de Béziers, partagé par des sympathies envers le candidat Éric Zemmour et la candidate de passage, profitera de la présidence de cette dernière pour formaliser cette même intention de soutien envers elle.

Lire aussi :
Les pépites du meeting d’Anne Hidalgo à Perpignan

Pas d’annonce attendue

Lors du congrès du RN organisé à Perpignan, les 3 et 4 juillet 2021, Marine Le Pen avait officialisé sa candidature à la présidence de la République en 2022. Cette fois-ci, Perpignan, ne devrait pas être le lieu d’une annonce significative. Le parti a changé son fusil d’épaule dans le cadre de sa campagne. Face à la nouvelle poussée du coronavirus manifestée par le variant Omicron, la formation d’extrême droite évitera les grands meetings. Il leur préfèrera des salles plus modestes, mais multipliera les dates. Le passage dominical par le Pays Catalan et le proche Languedoc fait figure de première étape, dans des territoires réputés faciles, à forte proportion de vote RN.

Selon un sondage OpinionWay paru ce 3 janvier, Marine Le Pen est créditée de 16% au premier tour de la présidentielle, à égalité avec Valérie Pécresse (Les Républicains), contre 26% pour Emmanuel Macron, 13% pour Éric Zemmour, 9% pour Jean-Luc Mélenchon, 7% pour Yannick Jadot (Europe Écologie – Les Verts) et 4% pour Anne Hidalgo (Parti Socialiste).