Langue

La future entité régionale qui regroupera les actuelles régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées aura Toulouse pour capitale. Cette information prévisible était révélée ce lundi 13 avril par la station Europe 1, en anticipation éclairée d’une déclaration gouvernementale prévue sous quinzaine. Toulouse, capitale historique du Languedoc, renforcera sa capitalité en englobant les 5 départements de la région actuellement pilotée par Montpellier. Dans une France à capitale unique, à la différence de l’intégralité des Etats européens, la régionalisation suit le modèle national au détriment de Montpellier, tout comme Perpignan a cessé d’être un centre, selon un principe de poupées russes.

La « fusion » des régions n’existe pas

Les actuels président régionaux Martin Malvy et Damien Alary ont ouvert un terrain de discussion, en décembre dernier à Collioure, pour définir les équilibres de la future administration. La région Languedoc-Roussillon a souhaité croire en une « fusion » des régions et une «gouvernance partagée», induisant un mariage dans l’harmonie, mais sa disparition, plus abrupte, est incluse dans le projet de réforme territoriale. L’annonce des 13 chefs-lieux des nouvelles régions, qui sera effectuée en conseil des ministres, signifiera la relégation administrative de Montpellier.

Partager

Icona de pantalla completa