Langue

Selon une décision suivant l’orientation donnée le 20 mai par le rapporteur public, le Conseil d’État a rendu ses décisions définitives au sujet de plusieurs élections municipales tenues en Pays Catalan. Un arrêt définitif communiqué ce vendredi 5 juin en matinée annule les scrutins organisés les 23 et 30 mars 2014 dans les communes de Céret et Pia. Les électeurs des deux villes revoteront dans un délai maximal de trois mois, selon la loi. D’ici moins d’une semaine, une délégation spéciale de trois personnes réputées neutres sera désignée par la préfète des Pyrénées-Orientales, Josiane Chevalier, pour mener à bien les destinées immédiates de Céret et Pia. La commune de Monstesquieu-des-Albères, également concernée par un recours, ne comporte pas de situation irrégulière selon le Conseil d’Etat.

Pourquoi des annulations ?

Dans la capitale de la région du Vallespir, le candidat malheureux François Brulé, actuel conseiller municipal d’opposition, avait introduit un recours en annulation des élections municipales remporté par le maire Alain Torrent, proche du Parti Socialiste. Il affirmait qu’une erreur produite lors du dépouillement du premier tour des municipales n’avait volontairement pas été signalée par l’équipe du premier magistrat. Par ailleurs, la nationalité britannique d’un colistier du candidat Jean-Pierre Brazès n’était pas précisée sur le bulletin concerné, contrairement à la loi. Le candidat Brulé estimait que les 610 voix obtenues par M. Brazès auraient du être annulée et ce même candidat interdit de second tour. A Pia, les conditions de la victoire du maire PS, Guy Parès, faisaient l’objet d’une procédure engagée par son opposant et ancien premier adjoint Michel Maffre, battu de 61 voix. Ce dernier avait alors estimé que la méthode de campagne du maire sortant avait profité des moyens de communication municipaux.

Réactions :
Premier à réagir, Jean-Pierre Brazès souhaite «tourner la page d’une politique clanique qui nuit depuis trop longtemps» à Céret. Il espère voir se «regrouper les compétences et les énergies hors de tous clivages politiques», pour que la ville «redevienne la capitale du Vallespir».

Partager

Icona de pantalla completa