Langue

La refonte de l’UMP imaginée par Nicolas Sarkozy en vue de la reconquête de la présidence du parti relève du management d’entreprise. Elle comporterait la recomposition du bureau politique, dont la réunion hebdomadaire comporte autant de présents que de complications. Cette instance deviendrait plus efficace en étant remplacée par un collège de parlementaires, un autre d’élus des territoires et un dernier composé de responsables de fédérations. L’ancien Président de la République s’active pour le scrutin du 29 novembre, qui devra le départir des autres candidats Bruno Le Maire, plus à gauche et Hervé Mariton, plus à droite. Mercredi 19 novembre, il a expliqué les contours de son UMP à une quarantaine de députés du parti.

Une nouvelle marque tenue secrète

Nicolas Sarkozy souhaite une réforme rapide du fonctionnement interne de l’UMP pour affronter efficacement les élections départementales de mars 2015. Il souhaite apposer au logo du parti une nouvelle marque politique. Le secret est absolu autour de ce sujet qui reviendrait à tourner la page ouverte par le cataclysme de la présidentielle de 2002, lorsque Jacques Chirac a été talonné par Jean-Marie Le Pen. L’UMP, née hétéroclite dans ce vieux contexte, doit devenir un parti d’idées, selon la stratégie sarkozyste. Penchée sur des thématiques économiques, nationales et internationales, elle effectuerait l’aveu de manquer jusqu’à présent d’un think tank interne. Ce désir est peu exprimé par le site Internet du candidat, où des contenus multimédia très légers sont préférés.

Partager

Icona de pantalla completa