Langue

Sans véritable surprise, Nicolas Sarkozy a retrouvé la présidence de l’UMP, ce samedi 29 novembre à l’issue des élections internes du parti. L’ancien Président de la République s’est offert un résultat de 64,5% des voix, face à ses concurrents, Bruno Le Maire, à 29,18% et Hervé Mariton, à 6,32%. Les 268.000 adhérents de la formation de droite majoritaire française se sont exprimés par voie électronique, mais le site dédié a subi une violente attaque informatique, dans la soirée de vendredi 28 novembre. Ce dommage, qui a interrompu le vote pendant plusieurs heures, a justifié un plainte du parti. Au final, l’échėance a suscité une participation record de 58,1%.

Un appel rapide aux partis centristes

Dès 20h40, le vainqueur a posté un message sur son compte Facebook pour remercier « tous les adhérents de l’UMP qui m’ont fait l’honneur de m’élire à la présidence de notre famille politique ». Jugeant la campagne « digne », Nicolas Sarkozy a annoncé une série de rencontres qu’il tiendra dès lundi avec les présidents de partis politiques compatibles avec sa version de l’UMP, l’Union des Démocrates et Indépendante (UDI) de Jean-Christophe Lagarde et le Mouvement Démocrate (Modem) de François Bayrou. L’ancien chef de l’Etat devrait également entrer dans la course de la primaire UMP, afin de pouvoir postuler une nouvelle fois à la présidence de la République lors des élections de 2017. Cette ėtape ėliminatoire se déroulera en 2016.

Partager