Langue
La Clau
Sans surprise, le Conseil d’Etat devrait invalider définitivement les municipales de Perpignan
Langue

Le dénouement de la malheureuse affaire dite de la « chaussette de Perpignan » est maintenant pratiquement acquis puisqu’aujourd’hui s’est déroulée l’audience du Conseil d’Etat, dont l’avis donné par le rapporteur public, la confirmation de l’invalidation des élections municipales de 2008, ne laisse planer que peu de doutes sur la décision finale, l’arrêt étant attendu sous quinzaine. La fraude avérée sur le bureau n°4 de Perpignan le 18 mars 2008 avait provoqué l’invalidation de l’élection par le Tribunal Administratif de Montpellier le 7 octobre 2008, malgré un avis contraire du Commissaire du gouvernement. Le maire réélu Jean Paul Alduy, UMP, avait alors fait appel auprès du Conseil d’Etat, qui semble confirmer la décision, bien qu’une surprise reste théoriquement possible, comme le montre la décision en première instance. Les élections, probables en juin prochain, auront le mérite de donner au gagnant une légitimité nécessaire pour exercer ses fonctions. Etant donné le climat délétère palpable dans le milieu politique perpignanais depuis mars 2008, cette campagne courte et sous surveillance risque d’être violente, et tous les coups seront permis. Passionnelle et passionnée, cette élection laissera des traces dans une ville-capitale déjà très affaiblie économiquement et socialement.

Partager