Langue
Saint-Cyprien : la majorité UMP démissionne enfin, pour de nouvelles élections
Langue

Le profond trouble présent dans la commune de Sant-Cyprien s’éclaircit, après l’incarcération, mercredi soir, du nouveau maire, Pierre Fontvieille, notamment pour blanchiment aggravé, simultanément à la remise en liberté du directeur du service urbanisme de la ville, Rolland Mantellassi, emprisonné à Perpignan depuis le 25 février. Hier soir, les 20 élus de la majorité UMP on choisi la démission en bloc, lors d’une réunion de crise menée par l’ex-n°2 de la ville, Claudette Guiraud, devenue n°1, qui n’hésitait pas à affirmer matin « l’intime conviction de l’intégrité (du) maire ». Cette décision annonce la fin à la confusion, dans une ville sans tête depuis 6 mois, libérée sous la pression d’un front « anti-usurpateurs », situé en dehors des opposants élus, du Nouveau Centre et du PS. Après la démission d’un élu UMP, Francis Chadelat, mercredi, précédant celle du policier René Montalat, mis en examen mercredi, après aussi la suspension express de M. Fontvieille par son parti, l’UMP, Saint-Cyprien revotera dans le courant de l’été. La préfecture des Pyrénées-Orientales, qui a reçu cette démission en fin de matinée, devrait organiser la tutelle de la cité côtière, avant ce nouveau scrutin, qui devrait assainir le climat et tourner définitivement la « page Bouille », du nom de l’ancien maire, élu en continuité depuis 1989.