Langue

Après plusieurs semaines de refus, le maire de Saint-Cyprien, Thierry del Poso est contraint de convoquer un conseil municipal extraordinaire réclamé par son opposition. Cette session spéciale, qui fait suite à une injonction exprimée ce mardi par le Tribunal Administratif (TA) de Montpellier, indiquant l’obligation d’une telle réunion avant le 31 mars, se réunit précisément ce mercredi 31 mars, en urgence, c’est à dire dès 8h du matin. La tenue effective de ce conseil extraordinaire est placée sous la responsabilité du préfet des Pyrénées-Orientales, Jean-François Delage, auquel le TA ordonne, ainsi qu’à tous les huissiers de justice concernés, « de pourvoir à l’exécution » de sa décision. La tension s’annonce vive à l’Hôtel de Ville de Saint-Cyprien, pour une séance réclamée depuis le 27 janvier par toute l’opposition municipale, soucieuse de renforcer la transparence des décisions municipales, avec en ligne de mire la stratégie touristique et sportive de la ville. L’opposante PS Marie-Pierre Sadourny-Gomez a considéré ce mardi que Saint-Cyprien n’est pas le « jouet » de M. del Poso, qui pourrait avoir à justifier du délai de convocation de la réunion, seulement notifiée 15 heures avant la tenue alors que la loi impose un délai minimal de 3 jours pour les situations d’urgence, comme le cas présent.

Partager

Icona de pantalla completa