Langue

Aux toutes premières réactions suivant le décès de Christian Bourquin, exprimées dès mardi après-midi, puis aux secondes, communiquées en soirée, succède une troisième vague d’hommages. Ce mercredi, le syndicat enseignant Fédération Syndicale Unitaire (FSU) évoque une disparition qui « intervient tragiquement dans un contexte de réforme des collectivités locales dessinant l’image d’une organisation territoriale où les élus sont éloignés de leurs mandataires, une vision diamétralement opposée de celle qui a orienté ses derniers combats ». Au nom du Parti de Gauche, le Perpignanais Francis Daspe a salué l’homme « en dépit » de « clivages ». Le représentant de la formation de Jean-Luc Mélenchon a souhaité se rappeler le « meilleur de Christian Bourquin », résumé par la campagne référendaire « commune et victorieuse » menée en 2005 contre le Traité constitutionnel européen.

La réforme territoriale, dernier combat

Une autre formation de gauche, l’Association Départementale des Elus Communistes et Républicains des Pyrénées-Orientales, s’est exprimée ce même mercredi. Son président, Jean-André Magdalou, maire de la commune d’Alénya, a rappelé des « divergences politiques ou stratégiques » qui ont parfois éloigné sa formation de Christian Bourquin. Mais il tient à rendre hommage à « l’homme politique de premier plan qui laissera indiscutablement sa marque dans le Département et la Région à laquelle il était très attaché comme il a su le démontrer au travers de son ultime combat politique contre la réforme territoriale ».

Saint-Charles International salue le « militant »

Pour sa part, la plateforme Saint-Charles International de Perpignan, présidée par Jean-Pierre Bourquin, frère aîné du président de la Région Languedoc-Roussillon, a défendu un bilan « pour le monde économique en général et pour l’univers de Saint-Charles en particulier« . Le puissant carrefour de marchandises, récemment confronté à la fronde des arboriculteurs, a souligné l’action d’un « ardent défenseur du Languedoc-Roussillon » et rappelé son dernier passage sur le site, le 17 mars. Saint-Charles International, dont les transactions annuelles pèsent 1,6 milliard d’euros, a reconnu le « militant qui a su agir et défendre en toutes circonstances sa région et son département ».

Partager