Langue

Le député de la 1e circonscription des Pyrénées-Orientales, Romain Grau, est signataire d’un “pacte de refondation démocratique” voué à “ramener les Français aux urnes”, publié ce mardi 16 novembre dans le quotidien Le Monde. Cette tribune est vouée à réconcilier la légitimité du pouvoir et l’efficacité de l’action. 65 parlementaires, élus et citoyens qui soutiennent une candidature d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022 cosignent ce long texte.

Lire aussi :
Romain Grau veut supprimer la taxation des plus-values immobilières

La France en surchauffe

Ce texte aux formules conquérantes et au style envolé est l’initiative du député Gilles Le Gendre (La République en Marche, LREM), élu de la 2e circonscription de Paris. Insinuant que l’Hexagone est en surchauffe, il indique que “la démocratie brûle, nous n’avons pas le droit de regarder ailleurs” et observe que l’opinion publique, sous l’effet des réseaux et de l’atomisation sociale, est “éclatée, versatile et inflammable”.

Par-delà son ton alarmiste, cette déclaration a pour but de “réarmer la confiance du peuple en lui-même”. Ses promoteurs avouent un “essoufflement démocratique” et déplorent l’avènement d’hommes et de femmes en perpétuelle attente et assistanat : “chaque Français devrait être un citoyen (acteur responsable de la démocratie) avant d’être un client (usager exigeant des services publics)”. Ils alertent d’un “dangereux fractionnement de la nation” (mais évitent de parler de communautarisme) et estiment que “la crise démocratique est si profonde qu’elle exige de sceller un contrat solennel entre le pays et son chef”.

Changer le système

Cette tribune signée par Romain Grau revient sur des engagements attendus à l’élection d’Emmanuel Macron, en 2017, en matière de fonctionnement de la machine France. Une dose de proportionnelle aux élections, la réduction du nombre de députés et de sénateurs, ainsi que la limitation des mandats dans le temps, sont cités. Le recours au référendum est également défendu dans cette prise de position qui constitue un premier soutien de pré-campagne au crédit du Président de la République.

Lire aussi :
Perpignan. Les Républicains se requinquent après une hémorragie d’adhérents