Langue
La Clau
Rivalités En Marche sur la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales
Langue

A moins de trois mois des élections législatives, un candidat inattendu se déclare dans la troisième circonscription des Pyrénées-Orientales. Sur ce territoire remporté par Laurence Gayte lors de la vague LREM découlant de la présidentielle de 2017, Raphaël Vigier s’est signalé ce vendredi 25 mars sur les réseaux. “Je suis candidat pour représenter mon territoire des Pyrénées-Orientales à l’Assemblée Nationale”, a écrit ce conseiller municipal de Vernet-les-bains et membre du Conseil de la Communauté de communes Conflent Canigó. Connu du Premier ministre, Jean Castex, le velléitaire a dirigé les affaires publiques du groupe CANAL+ et exercé le rôle de collaborateur parlementaire du Secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles, Adrien Taquet.

Connaître “l’écosystème parisien”

Dans son message stratégique, l’invité surprise du scrutin des 12 juin et 19 juin insiste sur la ruralité, l’enracinement et le territoire, autant de jalons lexicaux destinés à plaire à des instances dirigeantes fortement urbaines et éloignées. Il affirme sa volonté d’être un “parlementaire efficace à Paris”, qui connaisse “le fonctionnement de l’Assemblée et de l’écosystème parisien”, et affirme sa conviction que « beaucoup plus doit être fait et peut être fait”. L’addition de ces arguments produit un désaveu univoque de la sortante, candidate à sa propre succession.

Les arbitrages ne sont pas faits

La commission nationale d’investitures du parti présidentiel n’a pas encore arrêté ses choix sur l’ensemble des quatre circonscriptions du Pays Catalan, de sorte que de véritables éliminatoires, accompagnées d’actions d’influence dans les nervures de la République en Marche (LREM), mais aussi de façon publique, sont en cours, parfois intensément. Avec ce premier signal envoyé, le candidat Raphaël Viguier espère autant interpeller les décideurs en interne que se manifester auprès des électeurs, auxquels il indique : “J’espère pouvoir compter sur votre soutien !”.

La parité en jeu ?

Le Premier ministre et ex-maire de Prades, Jean Castex, aura son mot à dire sur la stratégie définitive de LREM sur la 3e circonscription, où Laurence Gayte a été élue il y a 5 ans, au second tour, à 59,31 %, contre une candidate du Front National. Une législature plus tard, la possibilité d’une réduction de marge pour la majorité présidentielle fait partie des hypothèses les plus fortes. Une exigence d’efficacité pourrait imposer un autre choix de représentation, à conditions égales, car la députée sortante n’a pas acquis de notoriété en 60 mois d’exercice à la députation. La tiédeur de son mandat constitue le point d’attaque choisi par Raphaël Vigier, dont le seul désavantage, selon le principe de parité, serait d’appartenir à l’autre sexe. Formé à Sciences-Po, habitué de certains cercles parisiens et de leurs codes, ce concurrent ex abrupto coche des cases qui, du point de vue de LREM, peuvent inquiéter sa concurrente.

Partager

Icona de pantalla completa