Langue
Résultats historiques pour les indépendantistes et nationalistes basques
Langue

Les élections générales de la communauté autonome du Pays Basque du Sud ont renouvelé la victoire du Parti Nationaliste Basque (PNV), dimanche 12 juillet. Cette formation politique centriste nationaliste a obtenu 38,76 % des suffrages exprimés, sur une candidature conduite par le président du gouvernement basque, Iñigo Urkullu. Le PNV obtient 31 sièges, trois de plus qu’aux dernières élections, organisées en 2016. Le parti de gauche radicale indépendandiste “abertzale” EH Bildu arrive en deuxième position avec 27,58 %, sa candidate Maddalen Iriarte obtenant 22 sièges, quatre de plus qu’il y a quatre ans. Les forces politiques proprement basques, non madrilènes, totalisent 66,34 %, soit 53 sièges, pour une majorité située à 38 au parlement basque, une proportion jamais observée depuis la restauration de la démocratie en Espagne.

Parmi les formations centralistes espagnoles, le Parti Socialiste espagnol, en troisième position, obtient 10 élus, pour 13,52 % des voix, tandis que la formation Elkarrekin-Podemos, titulaire de 7,96 %, perd 5 élus et descend à 6 pour le prochain mandat. Le très droitier Partido Popular et le parti jacobin Ciudadanos, coalisés, obtiennent cinq élus (6,69 %), soit quatre de moins qu’en 2016. Enfin, le parti d’extrême droite espagnol Vox fait son entrée au gouvernement basque, en obtenant un élu, correspondant à 1,94 % des voix.

En dépit de ces résultats historiques, le PNV et EH Bildu ne feront pas alliance, car le PNV continuera de gouverner avec le soutien socialiste. Ce scrutin à forte abstention (47 %,) a permis au PNV d’arriver en première position et à EH Bildou d’atteindre la deuxième dans chaque province sud-basque, c’est-à-dire Araba, Bizkaia et Gipuzkoa.

Nouveau commentaire