Langue
La Clau
Régionales Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées: réactions à Perpignan
Langue

Le premier tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées suscite de nombreuses réactions politiques. Certaines têtes de liste présentées dans les Pyrénées-Orientales s’expriment directement, mais le plus souvent, le temps de l’analyse et du message revient aux seules têtes de liste régionales.

Carole delga, PS : «notre région doit rester dans le camp de la République. Les résultats nationaux démontrent que le populisme gagne du terrain, car son terreau, c’est la peur, le malheur (…) l’extrême droite à la tête de notre Languedoc Roussillon Midi Pyrénées serait un immense gâchis et une insulte à notre Histoire (…) l’extrême droite, ce n’est pas l’ordre, c’est le désordre (…) c’est la division, ce sont nos concitoyens et nos territoires, montés les uns contre les autres».

Philippe Saurel, Citoyens du Midi : «les Citoyens du Midi restent des hommes et des femmes libres. Nous ne sommes pas propriétaires de leurs voix mais la progression du Front National nous alarme. Elle confirme notre analyse et conforte notre détermination à s’opposer à lui avec la plus grande fermeté».

Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) : «Le système jacobin craque (…) sociologiquement, les dirigeants de la France ne vivent pas en France, mais dans trois ou quatre arrondissements où les maux sont différents, où le Front National est minoritaire (…) Ce centralisme profite au Front National, qui puise dans ses travers (…) Chaque territoire, notamment le Pays Catalan, doit offrir des solutions propres à des problèmes propres».

L’Olivier : «Avec 20% des voix sur Perpignan, la liste Pujol (ndlr – maire LR de Perpignan) se prend un nouveau gadin après les échecs cuisants de mars dernier aux départementales sur les cantons urbains. Sur Canet, le maire, tête de liste Républicains aux régionales, se laisse même dépasser par le FN (…) Ces notables de droite et leurs auxiliaires du centre, usés, sans idées, déconnectés du réel, clientélistes et communautaristes sont finalement les meilleurs promoteurs du Front National».

Debout les P.O. (Debout la France / DLF) : «Cette élection, une première pour DLF en Pays Catalan, était un test : nous avons triplé notre score de la Présidentielle et doublé notre score des Européennes ! (…) Notre liste départementale emmenée par Sébastien Ménard, termine en cinquième place, devant la liste de Philippe SAUREL, et ce malgré une couverture médiatique diatique largement inégale et inéquitable en faveur de ce dernier.».

Partager