Langue

L’Assemblée nationale a voté ce jeudi 20 novembre la nouvelle la carte des treize Régions de France, à appliquer en 2016. Les députés ont notamment validé la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, incluant le Pays Catalan. La première lecture suggérant 15 régions, effectuée par le Sénat, le 21 octobre, laissait ces deux ensembles séparés. Les débats de ce jeudi, aux contenus vifs concernant la Région Alsace et l’entité historique de Bretagne, ont débouché sur une solution exigée par les logiques d’efficacité géographique, mais « aucune carte ne fera jamais l’unanimité », a précisé André Vallini, secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, membre du Parti Socialiste. Un « droit d’option » permettra aux départements de changer de région s’ils le souhaitent, mais après l’installation des nouveaux périmètres. La loi fera l’objet d’un vote solennel le 25 novembre.

Damien Alary se déplace dans les Pyrénées-Orientales

Sous l’impulsion de Christian Bourquin, son président décédé en août dernier, la Région Languedoc-Roussillon a lutté contre la fusion avec Toulouse. Pour défendre cette cause, le successeur Damien Alary s’est entretenu le 10 octobre avec le Premier ministre, Manuel Valls. Le nouveau président, qui n’avait encore effectué aucune visite officielle en Roussillon, y vient ce vendredi 21 novembre pour inaugurer l’Institut Régional de Formation des Métiers de l’Artisanat, à Rivesaltes. Puis il visitera le chantier du futur Lycée Christian Bourquin à Argelès-sur-mer. Mais la cruauté institutionnelle fixe un inexorable compte à rebours.