Langue

L’attraction de l’élection cantonale de Saint-Laurent de la Salanque, prévue les 6 et 13 juin prochain, se manifeste par une longue liste officielle de candidats, désormais close, communiquée ce mercredi soir par la préfecture des Pyrénées-Orientales. Ce scrutin comportera pas moins de 9 candidatures, dont les étiquettes sont parfois à déduire ou sont le fruit de contorsions extraordinaires. Mickaël Millet devrait y défendre Europe-Liberté, le divers gauche Alain Got pourrait concourir sans estampille, Pierre Aloy représentera le Front National et Louis Carles défendra les couleurs de l’UMP. Cette liste est complétée par Jean Vilert et Josep Puig, membre du Mouvement Démocrate, mais présenté par le Parti Socialiste, Alain Barande, sous la bannière du groupe de réflexion centriste Politicat, et Martin Armisen, présenté par le mouvement autonomiste Unitat Catalana. Mais la grande surprise de cette élection est la dernière candidature enregistrée, celle du polémique ancien maire RPR du Barcarès, Alain Ferrand. Le canton de Saint-Laurent de la Salanque, qui regroupe cinq communes, pour une population totale qui avoisine 24.000 personnes, pourrait vivre un émiettement des voix, au détriment des grands partis traditionnels.

Nouveau commentaire