Langue
La Clau
Perpignan : pas de poursuites pour J.A. Donat et C. Bourquin dans l’affaire de la chaussette
Langue

La justice a débouté cet après-midi le maire UMP de Perpignan Jean-Paul Alduy, qui avait porté plainte pour diffamation, au printemps 2008, contre le duo socialiste formé par Jacqueline Amiel-Donat, candidate battue aux élections municipales, et Christian Bourquin, président du Conseil Général et figure active du PS territorial. Dans une forme d’ivresse verbale, au soir du second tour, les deux personnalités avaient proféré au mégaphone des propos invoquant un système mafieux et une ambiance pré-totalitaire, dans une confusion certaine augmentée par l’accumulation de la foule, plus ou moins informée, face à l’Hôtel de Ville. Cet emportement, considéré comme imputable à l’émotion largement palpable dans la ville après la découverte d’irrégularités de scrutin dans le bureau de vote N°4 de la ville, résumées en affaire dite « de la chaussette », n’a pas été considéré comme suffisamment grave pour faire l’objet de sanctions. Le délibéré prononcé aujourd’hui fait suite à un procès, qui s‘était déroulé le 24 novembre 2008.

Partager