Langue

En conférence de presse, ce jeudi 18 avril, l’adjoint au maire de Perpignan, Olivier Amiel, a déclaré sa candidature aux élections municipales de mars 2020. « Il est temps que Perpignan réalise vos rêves », assure l’intéressé sur son site de campagne. Âgé de 40 ans, O. Amiel a préféré devancer la décision du maire, Jean-Marc Pujol, membre comme lui du parti Les Républicains. Le Docteur en droit, adjoint au maire chargé du Logement, de la Rénovation Urbaine et de la Politique de la Ville, espère obtenir l’investiture du parti, dont il assure le rôle de trésorier de la fédération des Pyrénées-Orientales. Cette intention intervient après celles des députés Romain Grau et Louis Aliot, de l’ex-conseillère municipale centriste Clotilde Ripoull et de l’ancien élu Alexandre Bolo, un temps rattaché au Rassemblement Bleu Marine et collaborateur de M. Aliot.

Ex-Monsieur Culture de Jean-Pierre Chevènement

Délégué du parti chevènementiste Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), autant dans les Pyrénées-Orientales que dans la région Languedoc-Roussillon à partir de 2011, Olivier Amiel a également tenu le rôle de responsable de la Culture pour la même formation. Candidat aux municipales perpignanaises de mars 2014 aux côtés du maire sortant, Jean-Marc Pujol, il a été suspendu de l’ensemble de ses responsabilités par le MRC dès janvier 2014, pour « trahison », selon le mot choisi par le parti souverainiste. Il en a été exclu quelques jours plus tard, le tout en raison de son ralliement à J.M. Pujol.

Partager

Icona de pantalla completa