Langue

Relevant de la sphère privée et restant étrangère à l’analyse politique sérieuse, l’existence du couple formé par le candidat aux élections municipales de Perpignan, Louis Aliot, et la présidente du Front National (FN), Marine Le Pen, n’en reste pas moins réelle. En résidence commune à Millas, en plaine du Roussillon, le tandem d’extrême droite a présidé la fête du FN des Pyrénées-Orientales, le 14 juillet dans la commune du Soler. Un repas a réuni 500 adhérents et sympathisants, sous abri agricole pour l’authenticité, a précédé une partie de pétanque lancée par la candidate à la présidentielle de 2012. Le couple, qui possède un bateau amarré à Banyuls, doit dissimuler un certain « tourisme politique » qui rappellerait l’expérience malheureuse des époux Mégret à Vitrolles, tout en évitant des soupçons de politique marketing.

La banderole « Marine Le Pen » à Perpignan

La stratégie du vice-président du FN et conseiller régional du Languedoc-Roussillon passe par la capitalisation mesurée de l’image de sa compagne. Une étonnante banderole indiquant « Marine Le Pen vous souhaite de bonnes vacances » a ainsi été posée le 20 juillet sur un pont de l’autoroute A9, à la hauteur de Perpignan. Cette opération, reconduite le 27 juillet, est menée par l’équipe « En avant Perpignan« , déjà en campagne municipale. Bien qu’adressée aux vacanciers français se rendant en Espagne, cette démarche démontre que l’ombre de Marine Le Pen plane sur la ville. Pour Louis Aliot, il s’agit de séduire par le rapprochement, mais sans excès, car l’intromission de personnalités extérieures dans les élections locales déplaît aux électeurs. Sur ce principe, en 2009 à Perpignan, le soutien des maires de Toulouse et Montpellier, Pierre Cohen et Hélène Mandroux, a desservi la candidate socialiste, Jacqueline Amiel-Donat.