Langue
La Clau
Perpignan municipales : le NPA dénonce la « démagogie sociale » du FN
Langue

Encore discrète, la candidate du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) aux élections municipales de Perpignan, Stéphanie Font, enrage contre le Front National. Dans une première déclaration de campagne, la tête de liste de « Perpignan, à gauche vraiment », dont le nom fait référence au concurrent socialiste Jacques Cresta, aborde la venue de Marine Le Pen, dont un meeting précédé d’une conférence de presse est programmé samedi 15 février au Parc des expositions. Pour Mme Font, le FN pratique la « démagogie sociale » et « profite du discrédit du PS et de la droite ». Le parti populiste, crédité de 28% au premier tour, est un « ennemi des classes populaires », selon la représentante du NPA, craignant une ponction sur son propre réservoir électoral. En guise de bilan de la gestion des villes, principalement provençales, conquises par le FN dans les années 1990, Stéphanie Font évoque un « clientélisme à tout-va », des « coupes claires dans l’action sociale et culturelle », une « austérité pour la majorité » et des « ronds de jambe aux capitalistes ». Estimant « ne nous trompons pas de colère », la trépidante employée de la Caisse primaire d’Assurance Maladie des Pyrénées-Orientales lance « ne laissons la mairie ni aux partis responsables de l’austérité ni aux nouveaux arrivistes au service des plus riches ».

Partager

Icona de pantalla completa