Langue

Le Conseil général des Pyrénées-Orientales distribue depuis le 20 décembre un numéro hors-série de son magazine l’Accent Catalan, entièrement consacré à Perpignan. Ce média imprimé et abondamment illustré est le premier du territoire dans sa catégorie, grâce à un tirage à 206.000 exemplaires et une présence dans chaque foyer. L’institution départementale y détaille sa présence dans la ville, au travers des collèges, maisons sociales de proximité, logements sociaux et établissements pour personnes âgées ou handicapées, dont elle a la charge. Cette démarche doit pallier un manque d’identification de cette collectivité par la population, qui n’associe pas à la ville intra-muros l’Assemblée des 31 conseillers généraux des Pyrénées-Orientales siégeant à Perpignan. Cette oeuvre de compensation, sur 36 pages, inclut aussi la caserne des pompiers, l’aménagement de la rocade, le Marché International Saint-Charles et l’aéroport.

Le Parti Socialiste n’est pas fixé sur son candidat

L’arrivée de cette publication dans les maisonnées lors d’une période de Noël dévolue aux conversations en famille, marque une entrée anticipée dans la pré-campagne des municipales de mars 2014. Cependant, le Parti Socialiste, à la tête du Conseil Général, doit choisir son candidat au printemps 2013 mais hésite entre les députés Ségolène Neuville et Jacques Cresta. La première se montre réticente à cette éventualité mais pourrait finir par se laisser tenter, le second déploie depuis octobre 2012 une étonnante action de notoriété auprès de la presse, qu’il tient abondamment informée de l’intégralité de ses déplacements, du plus anodin au plus signifiant. En marge, l’élue socialiste à la mairie de Perpignan Jacqueline Amiel-Donat entend tenir un rôle, sans garanties de leadership.

Un procédé déployé en 2009

Précédemment, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales s’est signalé en tant qu’opérateur urbain, mais uniquement lors de périodes opportunes. L’Accent Catalan est ainsi intervenu dans la campagne des élections municipales de juin 2009 en ciblant ses contenus sur Perpignan sous le slogan « Le futur dépend de vous !« . Quelques semaines après, la Chambre régionale des comptes du Languedoc-Roussillon pointait du doigt le budget de communication considérable du pouvoir départemental, qui s’estime désormais « très présent dans la ville ». Plus subtilement, l’affirmation de la marque du Conseil général dans les esprits s’est opérée par l’installation de 52 bornes symboliques aux entrées de la ville. Cette opération développée en décembre 2008 vient à comparer le revêtement des chaussées routières entretenues par le Conseil général avec certaines voies communales dégradées.

Partager