Langue
La Clau
Perpignan municipales : la victoire pourrait se jouer sur le 3ème âge
Langue

Le corps électoral de Perpignan reste inchangé, selon un sondage exclusif réalisé la semaine dernière par l’institut parisien IFOP, pour le compte du quotidien L’Indépendant. Ce classement virtuel, qui place les deux grands candidats, Jean-Paul Alduy (UMP) et Jacqueline Amiel-Donat (PS), dans une hiérarchie identique à celle du premier tour des municipales de 2008, place l’ensemble de la droite à 53% et la gauche à 47%, indique une cible double pour la victoire : le centre de l’échiquier politique, et les personnes âgées. Le candidat Alduy est le grand leader sur ce dernier critère, avec 51% d’intentions de vote chez les plus de 65 ans, tandis que sa rivale Amiel-Donat ne recueille que 18%, tout en se positionnant en favorite des 18-24 ans, à 45%. Dans une absence de véritable débat d’idées chez le commun des électeurs, l’élection municipale des 21 et 28 juin, pour laquelle l’IFOP indique une participation modeste de 60%, éloignerait Perpignan d’une quelconque révolution sociologique. Le leadership du candidat de centre-gauche Jean Codognès, « choisi » par 30% des professions libérales, ou la sympathie active de 18% des 18-34 ans pour le Front National, constituent des surprises, sans possibilités de victoire au sein d’un électorat âgé, généralement plus enclin à la participation citoyenne.

Partager