Langue

La présentation, ce matin, de la liste des 55 qui composent la liste divers droite du candidat François Rivière, soutenu par le Mouvement pour la France, en lice pour les élections municipales de Perpignan, n’occasionne aucune surprise. Pour une moyenne d’âge de 48 ans, le groupe, largement nourri en membres de la société civile issus de l’économie privée, comprend en n°2 Madeleine Guizard, directeur général des pompes funèbres du Roussillon, le médecin Philippe Roques en n°3, Michelle Capdet, dissidente de la mouvance de l’ex-maire UMP Jean-Paul Alduy, présentée comme « rapatriée » d’Algérie, ou encore Cécile Hernandez-Cervellon, représentant les personnes handicapées, et un autre ex-Alduyste, Henri Carbonell. Cette vision de la ville à la façon d’une mosaïque, géographique par une stratégie de quartiers, et modérément communautaire par le choix de candidats ciblés, rapproche la méthode de l’intrigant du scrutin de celle de M. Alduy, fustigé dans cet aspect par les candidats de gauche et par le Front National, en dépit d’e résultats traditionnellement porteurs. La liste Rivière, tout en avouant souhaiter « tourner la page » de la municipalité précédente, fait sienne, au risque du clonage, la stratégie de la rupture sans heurts, exactement comme la liste « Perpignan au cœur » menée par Jean-Paul Alduy.

Partager