Langue
La Clau
Perpignan-Méditerranée redistribue ses « ministères » aux 42 vice-présidents
Langue

Le nouvel exécutif de la communauté d’agglomération Perpignan-Méditerranée, qui souhaite faire primer l’action économique, a été validé ce lundi, lors d’un « Conseil de Communauté ». La nouvelle distribution des rôles, qui survient après l’entrée, le 1er janvier, de 10 nouvelles communes, place en toute première ligne le député-maire de Pollestres, Daniel Mach. Celui-ci se voit désormais détenteur d’un grand bloc de pouvoir, en tant que président de la commission « Développement économique d’intérêt communautaire », chargé de l’aspect « Stratégie économique, marketing et communication économique ». Le nouvel organigramme octroie la responsabilité de « Zones d’activité économique », selon leur secteur d’élection, au maire de Rivesaltes, André Bascou, au conseiller municipal perpignanais, Romain Grau, qui monte en puissance, au maire de Toulouges, Louis Caseilles, ou encore à l’adjoint de la ville de Canet, Francis Clique. M. Grau est également délégué à l’Industrie et à la Logistique, tandis que le Tourisme est assumé par Joëlle Ferrand, maire du Barcarès, le Nautisme revenant à M. Clique et l’Agriculture et le secteur agroalimentaire étant désormais placés sous l’autorité Louis Carles, maire de Torreilles.

Le périmètre des 36 communes qui compose pour l’instant l’Agglomération du Roussillon se dote également d’un pôle intitulé « Filière économique Technologies de l’Information et de la Communication et Multimédia », attribué à Jean-Louis Chambon, maire de Canohès. Par ailleurs, le maire de Cabestany, Jean Vila, réfractaire à l’entrée de sa commune dans l’ensemble intercommunal, devient responsable d’une filière économique « Santé », sa ville abritant notamment la puissante clinique privée Médipôle. Au chapitre social, Perpignan-Méditerranée accorde une attention aux « Gens du voyage », dont une délégation est attribuée au conseiller municipal de Saint-Estève, Matthieu Bachellerie, tandis que le député-maire du Soler, François Calvet, préside une commission « Politique sociale de l’habitat ».

Partager