Langue

L’élection interne de la nouvelle direction des Républicains des Pyrénées-Orientales, le 30 janvier, intervient dans l’actualité depuis juin 2015. La succession du président François Calvet, 62 ans, est ouverte, pour un parti qui revendiquait 4300 adhérents en Pays Catalan du temps de l’UMP. En décembre, une présidence plurielle était suggérée par Isabelle de Noëll-Marchesan, conseillère municipale de Perpignan et conseillère départementale. Peu après, faute de consensus et d’esprit de collégialité observé autour d’elle, l’élue a préféré abandonner la partie. Les candidats déclarés sont ainsi les maires-adjointes de Perpignan Marie-Thérèse Sanchez-Schmid et Joëlle Anglade, ainsi que le responsable des Jeunes Populaires de 2009 à 2015, François Lietta.

Le soutien des adhérents, sans fichier

Par communiqué, M. Lietta signale la difficulté de sa candidature, car le parrainage de 5% des adhérents est requis, «sans avoir accès au fichier des adhérents». Cette première étape à franchir avant le 11 janvier invite le sémillant militant à solliciter les parrainages sur son site de campagne «Changer pour gagner». Parmi ses arguments, il affirme un engagement qui lui a «donné les armes pour relever un grand défi, réveiller notre fédération», dont il souhaite le «redressement». Cette critique indirecte mais explicite à l’endroit de François Calvet peut heurter tout autant que séduire au sein du parti. Le jeune candidat s’appuie sur un «programme de gouvernance» qui défend l’exemplarité et la formation de l’élu, une communication active et l’idée de faire fonctionner la fédération des Républicains des Pyrénées-Orientales «tout au long de l’année» et non à l’approche des seules échéances électorales.

Partager