Langue
La Clau
Perpignan: les Jeunes Républicains dénoncent les «routes de l’angoisse»
Langue

Le grand dossier des aménagements routiers des Pyrénées-Orientales interpelle les Jeunes Républicains, juste avant la trêve des confiseurs. Dans un communiqué, les juniors de la droite majoritaire ont dénoncé ce mardi 22 décembre les «Routes de l’engoisse du département». Leur président Nicolas Requesens s’alarme des accidents répétés à la jonction des routes départementales 900 et 83, cette conduisant au Barcarès. L’élu de la mairie de Perpignan espère que la majorité du Conseil départemental et les parlementaires socialistes «prennent enfin conscience que cet endroit est particulièrement accidentogène et qu’il ne suffit pas de mettre des panneaux prévenant d’éventuels ralentissements pour agir mais de mettre rapidement en place un aménagement qui rendrait cet endroit plus sûr».

Le point noir persistant de la RN116

Il évoque aussi la mise en 2 X 2 voies de la route nationale 116, qui assure la jonction entre la plaine du Roussillon et la région du Conflent. En 2009, cet axe était promis à un élargissement sécurisé, de Bouleternère à Prades, pour 2015. Son tracé a même été optimisé en 2011 par les services de la préfecture et le financement semblait acquis en dépit de retards administratifs. Mais en juillet dernier, le contournement de la commune de Marquixanes, sur 7 km, a été exclu du plan Etat-Région 2015-2020. M. Requesens invite le député et conseiller régional PS du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Jacques Cresta, à saisir la présidente régionale Carole Delga de ces questions.

Partager

Icona de pantalla completa