Langue
La Clau
Perpignan : les jeunes socialistes répondent à moitié à Marine Le Pen
Langue

Les affirmations de la présidente du Front National (FN), estimant « Perpignan est prenable ! » dans le quotidien L’Indépendant du 25 août, font réagir le Mouvement des Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales (MJS 66). Suppléant ses aînés en vacances, l’animateur fédéral s’est exprimé sur la question, par un communiqué du 27 août. Anthony Cortes, qui souhaite « démasquer le parti de la haine, de l’exclusion et de la stigmatisation », considère que le « vernis du Front National doit craquer pour montrer son vrai visage ». Le responsable des Jeunes Socialistes du Pays Catalan décrit le toilettage du FN opéré par Marine Le Pen depuis janvier 2011. Il évoque des « faux-semblants de parti rénové », affirme que le FN est « toujours le même et n’a en rien perdu son visage haineux et rétrograde ». M. Cortes dénonce un « parti de la laïcité » qui « défend pourtant les intégristes catholiques et leurs prières de rue », se déclare partisan du « redressement économique » tout en étant « celui de la faillite par la sortie de l’euro et l’immigration zéro ».

Pas de réponse au nombre « suspect » de grandes surfaces

Le MJS 66, pour lequel le « vernis du Front National doit craquer pour montrer son vrai visage », juge que « Perpignan n’a rien à faire dans les méandres de l’extrême droite ». En revanche, il ne répond pas à l’analyse de Marine Le Pen, informée par son compagnon, attaché parlementaire et candidat aux municipales, Louis Aliot, selon laquelle « Perpignan pourrait être un paradis si on n’y était pas écrasé par les impôts et la délinquance », ou encore l’affirmation de la présidente du FN au sujet du « nombre inouï de grandes surfaces » dans les Pyrénées-Orientales, qu’elle trouve « suspect ». Cette assertion lepéniste, reliée à des statistiques officielles, a de quoi séduire les petits commerçants et ex-petits commerçants, dont la masse électorale constitue un levier important à Perpignan.

Correctif : cet article comporte des modifications sur sa version première, suite à la réception d’un courrier électronique de M. Anthony Cortes nous précisant que le Mouvement des Jeunes Socialistes « ne représente pas le Parti Socialiste. Le MJS est un mouvement certes affilié à la famille socialiste, mais est autonome du PS (…) Nous parlons en notre nom propre, et non en celui du Parti Socialiste.

Partager

Icona de pantalla completa