La Clau
Perpignan : le MRAP défend la PS Amiel-Donat contre le « singe » de l’UMP Daniel Mach

Pique politique douteuse, ou faux-pas, fruit de tensions politiques en Pays Catalan, une insinuation dont le député UMP Daniel Mach serait l’auteur produit des vagues. L’élu, par ailleurs secrétaire départemental du parti présidentiel, et maire de la commune de Pollestres, aurait déclaré lundi, en visant la candidate de la « Nouvelle union avec la gauche » aux élections municipales de Perpignan, « Cette ville doit nous rester entre les mains et ne doit pas être confiée comme un rasoir dans les mains d’un singe ». Hier soir, le coordinateur du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) à Perpignan, Patrick Lecroq, avertissait d’une discrimination : « Si ces propos sont avérés, un juge pourrait facilement établir l’intention de discriminer la candidate de l’opposition en raison de son origine et les qualifier de propos racistes ». Rappelant que le terme de « singe » a longtemps habité le lexique des colonialistes « les plus sectaires » envers les asiatiques, M. Lecroq exige un « démenti » de la part de M. Mach, ou des excuses pour « ce moment d’égarement ». Dès mardi, Mme Amiel-Donat, d’ascendance chinoise par sa mère, indiquait, au sujet du député-maire, « on le découvre désormais l’héritier des pires colonialistes traitant les asiatiques de “singes” ».

Partager

Icona de pantalla completa