Langue
Perpignan : le conseiller municipal FN Bruno Lemaire dément être antisémite
Langue

L’un des conseillers économiques de Marine Le Pen, Bruno Lemaire, élu d’opposition à la mairie de Perpignan, nie avoir rédigé des « propos antisémites », comme les décrit le site Internet Lentente.net, qui se veut observateur du Front National. Sur un post d’avril 2013, diffusé sur Facebook et repris le 10 novembre 2014 par cette publication, elle-même relayée par l’Express, ce diplômé de HEC s’exprime sur l’affaire relative à Dominique Strauss-Kahn : « DSK se croyait intouchable, il n’a d’ailleurs toujours pas compris comment on avait osé s’attaquer à lui. Cahuzac, lui, a craqué plus tôt. Il est vrai qu’il n’est « que » franc maçon ». Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, avait démissionné le 19 mars précédant, sous des accusations de fraude fiscale.

« Dire les choses telles qu’elles sont »

Ce mardi 18 novembre, Bruno Lemaire a affirmé voir dans l’assimilation à l’antisémitisme un « ‘mauvais procès ». Le conseiller communautaire de l’Agglomération Perpignan Méditerranée a ajouté : « il y a des juifs dans la finance, des Anglo-Saxons protestants, moins de catholiques. Il n’y a rien à en tirer, c’est comme ça. C’est peut-être maladroit, mais je pense que c’est important de dire les choses telles qu’elles sont ». Parallèlement, il s’est avoué « inquiet de l’islamisation » en France.