Langue

Le Conseil d’Etat a rejeté hier un recours de Marie-Cécile Pons, candidate à sa propre succession au poste de Conseillère générale du Canton de Perpignan-6 des Pyrénées-Orientales lors des élections cantonales de mars 2008. Battue de 8 voix par l’UMP Véronique Vial-Auriol, Mme Pons, divers droite, contestait l’élection en visant notamment deux signatures manquantes à deux procurations de vote et un tract de campagne border line. Le 12 février, le rapporteur public avait considéré irrecevable ce recours et demandé au Conseil d’Etat la confirmation du jugement du 13 juin 2008, par lequel le Tribunal Administratif de Montpellier avait rejeté en première instance la requête de Mme Pons. Cette validation de Mme Vial-Auriol pourrait éventuellement offrir une piste de lecture à la très attendue décision du même Conseil d’Etat à propos de l’invalidation de l’élection municipale de Perpignan, Mme Pons ayant été soutenue par le leader socialiste Jacqueline Amiel-Donat, et partageant nombres d’arguments avec cette dernière dans la dénonciation d’un système UMP autour de la personne de Jean-Paul Alduy.

Partager

Icona de pantalla completa