Langue
La Clau
Perpignan. La droite au Conseil général boycotte la séance dont elle dénonce le clientélisme
Langue

L’opposition du centre et de droite au Conseil départemental des Pyrénées-Orientale a boycotté la session publique et permanente de ce lundi 10 mai, en raison d’un ordre du jour extrêmement chargé, comportant des réalisations qu’elle juge opportunistes dans le contexte des élections départementales des 20 et 27 juin. Le groupe de 11 élus de l’Union républicains de la droite et du centre (URDC-66), mené par le sénateur Jean Sol (Les Républicains), dénonce une “grande braderie départementale sur fond de fin de règne de la majorité Parti Socialiste – Parti Communiste”, par refus de “cautionner une session fourre-tout d’une ampleur inédite où s’entre-mêlent pêle-mêle pas moins de 119 rapports à examiner en 4 heures, auxquels s’ajoutent 79 dossiers présentés en commission permanente”.

Les élus concernés évoquent un “jeu de dupes à visées purement électoralistes” de la part de la majorité sortante dirigée par la socialiste Hermeline Malherbe, qui notamment attendu jusqu’à cette date pour présenter le nouveau “Programme Départemental d’Insertion”, pivot de l’institution départementales, chargée du versement du Revenu de Solidarité Active (RSA). L’URDC-66 observe la “fébrilité plus que palpable qui s’empare de la majorité départementale”, qui souhaiterait, par un clientélisme massif et de dernière minute, “donner un maximum de gages électoraux »… pour éviter la déroute politique annoncée”.

Partager