Langue

A Perpignan, l’opposante principale au maire Jean-Paul Alduy, Jacqueline Amiel Donat, développe désormais un véritable plan B à l’actuelle action municipale, pour constituer une véritable alternative dans l’hypothèse d’une remise en jeu du mandat du premier. Après avoir présenté en janvier un projet de « Bus gratuit » sur la ville, la candidate PS aborde le dossier du logement, rendu sensible par un effondrement d’immeuble survenu dans le quartier Saint-Mathieu le 21 février. Pour cela, l’adversaire intestine de M. Alduy, qui semble de plus en plus habiter son rôle de maire possible, dénonce dans un plan intitulé « Un logement pour tous et pour chacun » les 4002 logements considérés indignes sur un total de 7221 dans les quartiers Saint-Jacques et Saint-Mathieu, et signale le faible niveau de vie à Perpignan, où « 80% des ménages sont éligibles au logement social », contre 70% en France. Mme Amiel-Donat, pour laquelle M. Alduy, « complaisant et mauvais gestionnaire », assimile le logement social à l’habitat privé et « très dégradé », loué aux plus pauvres, prône la création de lotissements communaux, l’accès à la propriété des locataires HLM compensé par deux nouvelles réalisations, et l’implication des habitants, dans un esprit de proximité.

Partager