Langue

Tardivement arrivé par avion à Perpignan, ce jeudi soir, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a pris une projection du festival Visa pour l’Image en cours de route. Cet amateur du grand forum consacré au photojournalisme lui a rendu visite une première fois en 2009, puis une autre, l’année dernière, dans les deux cas pour s’inquiéter de l’avenir de la profession liée. L’accueil nocturne du ministre a été sobrement assuré par Jean-François Leroy, directeur du festival, Jean-Paul Alduy, président de l’agglomération Perpignan-Méditerranée et sénateur des Pyrénées-Orientales candidat à la continuité, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, le préfet du territoire, Jean-François Delage, ou encore la députée Jacqueline Irles.

La photographie, fondatrice de l’évènement qui a attiré le ministre, a pris tout son sens lors de ce bref séjour, comme en atteste la revendication qu’en faisait Mme Irles, ce vendredi. En publiant une ribambelle de clichés accumulés comme des vignettes de bande dessinée, l’élue a capitalisé sa présence répétée à côté de l’homme du jour. Celui-ci, qui a écouté vendredi les craintes face à l’avenir d’une palette de photojournalistes spécialement réunie autour de lui, est d’abord passé par la cathédrale de Perpignan. Cette visite a porté sur le retrait du répartiteur électrique historique de Perpignan, le premier à avoir alimenté la ville au tout début du XXe siècle, sur une initiative de l’entrepreneur Edmond Bartissol. La disparition de cet imposant système, à rattacher au patrimoine industriel du Roussillon, est un préalable à la restauration de l’église romane de Saint-Jean Le Vieux, attenante à la cathédrale. L’occasion a été mise à profit par le député François Calvet, également candidat aux élections sénatoriales du 25 septembre. Accompagné du député Daniel Mach et de Mme Irles, le président de l’UMP du Pays Catalan a également fait transmettre son reportage personnel, sur lequel il apparaît plus modestement.

Partager