Langue

Le producteur de spectacles Boitaclous, incontournable à Perpignan, est devenu « SDF culturel » après le retrait, ces derniers jours, d’une extraordinaire subvention de 900.000 euros, qui lui a été octroyée le 2 juin dans le cadre d’un choix préférentiel opéré par la mairie socialiste de Saint-Estève. La conséquente annulation de la saison 2010-2011 de Boitaclous, transplantée de Perpignan à Saint-Estève, où étaient attendus 90 spectacles dès janvier prochain, entraînera en novembre des licenciements parmi la dizaine d’employés du programmateur. En effet, le repli à Perpignan, dans une continuité logique après 26 ans de présence, s’avère impossible en raison du parcours engagé du directeur de Boitaclous, Thierry Meier, fervent supporter et colistier de la candidate PS Jacqueline Amiel-Donat, battue par le maire Jean-Paul Alduy aux élections municipales de Perpignan, en juin dernier. La défiance entre les deux hommes a en réalité commencé lors des municipales de juin 1993, lorsque M. Meier était colistier du candidat RPR Claude Barate, ennemi de la sphère Alduy, déjà victorieuse du scrutin. Pour l’heure, Saint-Estève va inaugurer une salle vide, et le producteur, surnommé « Boitassous » par ses adversaires, espère être remboursé par sa mairie, dans une intrigue bien plus politique que financière.

Partager