Langue

La candidature “Perpignan l’avenir en grand”, menée par Louis Aliot, a gagné le second tour des élections municipales de Perpignan. Pour la première fois, l’extrême droite remporte la capitale du Roussillon, avec un résultat de 53,09 %, correspondant à 15 743 bulletins, contre 46,91 % pour le maire sortant, Jean-Marc Pujol, de la partie dure des Républicains, titulaire de 13 908 voix. Le vainqueur s’est exprimé après 20h lors d’un direct fortement médiatisée, depuis sa permanence de campagne, rue Mailly. Il a indiqué “c’est un système qui s’écroule. Nous avons eu à Perpignan le même personnel politique aux manettes depuis 1959″, en référence à la première victoire du maire Paul Alduy, suivi de son fils Jean-Paul Alduy, qui a transmis le pouvoir à J.M. Pujol en 2009.
En soirée, le Rassemblement national a avoue en creux envisager Perpignan comme “appartement témoin” d’une stratégie nationale. La présidente, Marine Le Pen, a déclaré “nous allons aussi pouvoir démontrer que nous sommes capables de gérer de grandes collectivités, ce qui évidemment aura son importance compte tenu des échéances départementales et régionales ».

Le vote blanc et nul représente 6,27 % !

Ce scrutin a suscité un taux de participation de 47,23 % et une extraordinaire retenue face aux deux candidats, soit 3,90 % de vote blanc et 2,37 % de vote nul, pour un total inédit de 6,27 %.

Partager