Langue

Le maire de Perpignan de 1993 à 2009 et président de l’agglomération Perpignan Méditerranée jusqu’en 2014, Jean-Paul-Alduy, affirme un revirement important à l’occasion du second tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Selon une révélation du quotidien L’Indépendant, l’ancien élu votera pour la candidate socialiste Carole Delga. Jean-Paul Alduy, membre de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) associée au candidat Dominique Renyié, membre des Républicains, choisit la gauche plutôt que la droite, pour éviter l’accession au pouvoir régional du candidat Louis Aliot, vice-président du Front National. Selon lui, M. Renyié a limité son résultat à 18,62% dans la grande région, 17,40% en Pays Catalan et 19,71% à Perpignan, car il a placé les centristes en «supplétifs». La direction de l’UDI à Perpignan s’est d’ailleurs plainte de cette marginalisation dès le mois de juillet.

Les Républicains «rongés à droite»

L’ancien maire, qui compte donner de la voix aux municipales de 2020, relève sur son blog que 29.600 électeurs inscrits à Perpignan ont boudé les urnes lors de municipales de mars 2014. Dimanche 6 décembre, ils étaient 38.300, soit 9000 de plus. Il constate que le Front National, titulaire de 13.000 voix l’année dernière, en a perdu 1000, tandis que la baisse du vote UMP-UDI, passé de 12.000 bulletins à 5700, es un «spectaculaire». Centriste convaincu, Jean-Paul Alduy estime que la formation Les Républicains est «rongée à droite par un FN dé-diabolisé» tandis que l’UDI «absente des écrans de télé» est «rongée à gauche par un PS plus social-démocrate que jamais».

Partager

Icona de pantalla completa