Langue
La Clau
Paris confirme la cité judiciaire de Perpignan : 7 étages, dalle Arago
Langue

Le feuilleton concernant la future cité judiciaire de Perpignan semble devoir se conclure, suite à un signal donné par le ministre de la Justice Eric-Dupont Moretti. Le garde des sceaux a en effet adressé un courrier au député perpignanais Romain Grau, mardi 14 décembre, afin de l’informer que le futur site, comprenant un ensemble de 7 étages, sera bel et bien construit sur la dalle Arago, dans le prolongement de l’actuel Palais de justice, inauguré en 1866. Le projet consiste au regroupement, en un seul lieu, du Tribunal de Grande Instance, du Tribunal d’Instance, du Tribunal de Commerce et du Conseil des Prud’hommes, de la Cour d’Assise, du Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale, du Tribunal du Contentieux de l’Incapacité et du Conseil Départemental de l’Accès au Droit.

Pour mener à bien ce déménagement-développement, l’État a procédé aux vérifications d’usage visant les contraintes physiques, le financement et le fonctionnement du projet. Un pré-projet de 5 étages, dont le Premier ministre Jean Castex a pris connaissance dans le courant de l’été, a ainsi été augmenté de deux niveaux supplémentaires, afin de pouvoir accueillir l’ensemble des services, du personnel et des usagers des lieux. Au final, la surface actuelle sera doublée, tandis que l’actuel tribunal, accessible depuis la place Arago, fera l’objet d’importants travaux de rénovation. Le 20 septembre, J. Castex avait confirmé le maintien du projet in situ.

La ministre Rachida Dati en parlait déjà en juin 2008

Dans sa missive, Eric Dupond-Moretti assure être « parfaitement conscient » des “difficultés immobilières dans lesquelles se trouvent les juridictions perpignanaises ». Il assure Romain Grau de la “complète mobilisation” de ses services pour surpasser les difficultés et traduire concrètement le projet de Cité judiciaire de Perpignan.
Ce souhait a été évoqué officiellement, pour la première fois, le 26 juin 2008 par Rachida Dati, Garde des sceaux. Celle-ci s’est alors engagée auprès des magistrats pour une extension du palais de justice, dans l’attente d’une future cité judiciaire, un temps envisagée dans le secteur du Centre del Món. Finalement, l’extension sur place est la solution définitive, sans précisions de calendrier.

Partager