Langue

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a ironisé sur les prisonniers indépendantistes catalans, ce mardi 18 décembre en conférence de presse à Bruxelles. Le leader socialiste était interrogé sur la consultation concernant la souveraineté, du 9 novembre 2014, et le référendum du 1er octobre 2017, rendez-vous démocratiques non reconnus et entravés par l’Etat espagnol. « C’est un grand mensonge », a affirmé le chef de l’exécutif à propos de l’existence de prisonniers politiques catalans en Espagne. Et d’ajouter que les deux échéances de 2014 et 2017 ont été organisées par la « clique » indépendantiste. Pedro Sánchez a complété : « quan es plantegen referèndums basats en mentides el que s’aconsegueix són societats fracturades i empobrides com està passant al Regne Uni ».

Vendredi électrique

Ces mots provocants, qui détonnent par rapport au style policé de l’élégant Premier ministre, interviennent en amont d’un Conseil des ministres espagnol, programmé ce vendredi 21 décembre à la Loge de Mer de Barcelone, et non à Madrid. L’ambiance devrait être électrique, car cette séance délocalisée est promise à un blocage convoqué par la puissance association Òmnium Cultural.