Langue
La Clau
Opération anti-corruption en Espagne: détention provisoire pour cinq des neufs accusés
Langue

Dans l’affaire de corruption urbanistique qui secoue la Catalogne Sud depuis mardi dernier, le juge Baltasar Garzón a ordonné la mise en détention provisoire des acteurs politiques et fonctionnaires municipaux Bartomeu Muñoz , maire de Santa Coloma de Gramenet, dans la banlieue de Barcelone, son adjoint à l’urbanisme Manuel Dobarco, l’ex-député socialiste Luis García, et les anciens responsables du gouvernement catalan du parti CiU, Macià Alavedra et Lluís Prenafeta. Le juge à poigne a ordonné la liberté pour les chefs d’entreprise mis en cause, sous caution de 500.000 euros pour Lluís Casamitjana et Josep Singla et 100.000 euros pour Manuel Carrillo, ainsi que pour le directeur des services de Santa Coloma, Pasqual Vela, dont la caution est de 25.000 euros. Le secret de l’instruction absolu ayant été imposé par M. Garzón, de nombreuses zones d’ombres subsistent dans ce dossier, dans lequel les responsables municipaux de Santa Coloma de Gramenet auraient vendu à bas prix, contre des pots de vin, des terrains affectés à la construction d’ouvrages dont le but était de dissimuler de l’argent au fisc espagnol. Le cerveau de l’affaire serait l’ex-député socialiste Luis García, surnommé « Luigi » alors que Macià Alavedra et Lluís Prenafeta, en retraite politique aujourd’hui, auraient servi d’intermédiaires.

Partager