Langue

Mariano Rajoy, premier ministre espagnol et président du Partido Popular se déplace ce samedi 29 novembre à Barcelone avec une forte délégation de son gouvernement, les cinq ministres d’intérieur, d’industrie, d’aménagement du territoire et d’économie. Il est accompagné en plus de cinq présidents de régions espagnoles, ainsi que de nombreux représentants de son parti, dont la secrétaire générale, María Dolores de Cospedal. Durant cette visite annoncée le 16 novembre dernier depuis Brisbane, il est prévu qu’il fasse le discours de clôture des journées de la bonne gestion municipale organisées par le Partido Popular en Catalogne.
Avant cette visite médiatique, le parti de droite a préparé le terrain avec la visite ce vendredi 28 novembre de l’ancien premier ministre espagnol José Maria Aznar qui a fortement critiqué “le nationalisme radical” en Catalogne, alors que sa femme Ana Botella, mairesse de Madrid a déclaré qu’il fallait “rétablir l’Etat de Droit” en Catalogne depuis les journées de la gestion municipale du Partido Popular. De son côté, le ministre de l’Economie, Luis de Guindos, a déclaré depuis les rencontres d’Économie de S’Agaró sur la Costa Brava que “la Catalogne est la région qui bénéficie le plus du gouvernement espagnol. Fidèle à sa stratégie, le gouvernement espagnol cherche à démontrer qu’il est de fait le véritable gouvernement de la Catalogne, tout en méprisant le rôle dévolu au gouvernement catalan, ce qui peut être analysé comme une discrète campagne pour le non, en cas d’élections plébiscitaires.

Partager

Icona de pantalla completa