Langue

Près d’un an après l’ouverture d’un débat informel sur le nom de la future région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées, le maire de Perpignan et président de Perpignan Méditerranée insiste. A l’identique de son choix annoncé en octobre 2014, Jean-Marc Pujol prônait «Pyrénées-Méditerranée», le 8 septembre sur son blog personnel. «Ce serait l’appellation qui correspondrait le mieux à la réalité», souligne l’élu, qui croit «beaucoup aux appellations géographiques» car elles offrent une «identification très facile». Le tandem mer-montagne contenu dans la dénomination qu’il défend constitue un «moyen d’unification du territoire dont nous avons besoin pour développer nos activités économiques».

Ils relativisent la question du nom

Pour le parti Debout la France (DLF), l’essentiel est ailleurs : «les Pyrénées-Orientales sont en danger de disparition à court terme», alerte par communiqué la formation de Nicolas Dupont-Aignan. Son représentant à Perpignan, Sébastien Ménard, regrette que certains esprits soient polarisés sur l’élan indépendantiste sud-catalan : «il est urgent que les nord-catalans prennent conscience que la métropolisation et la lutte entre Toulouse et Montpellier vont faire de Perpignan et du département une lointaine banlieue abandonnée, et ce malgré le mirage d’une Communauté Urbaine perpignanaise puissante». A l’occasion des élections régionales de décembre, DLF défend une «Collectivité territoriale unique catalane»

Partager

Icona de pantalla completa