Langue

La réforme Raffarin de 2003, par la mise en place des listes départementales pour les régionales, visait une meilleure représentativité des territoires. Peine perdue dans la région bicéphale Languedoc-Roussillon, où sont désignés deux Montpelliérains parmi les cinq premiers noms de la liste PS des Pyrénées-Orientales. Il s’agit de la communiste Josianne Collerais, ancienne adjointe à la mairie de Montpellier et actuelle vice-présidente de la région, élue en 2004 sur la liste du département de l’Hérault, et d’Yves Piétrasanta, dissident des Verts et ancien député européen, vice-président de la région depuis 2004, déjà élu sur la liste de l’Hérault. Ces deux candidats partagent la caractéristique de ne connaître le département des Pyrénées-Orientales qu’en fonction des critères politiques, et de figurer parmi les grands fidèles de l’actuel président régional, Georges Frêche. A ce jour, la section catalane du PS et son président de fait, Christian Bourquin, n’ont pas réagi à ce parachutage de deux Languedociens, éligibles. En cas victoire de M. Frêche apparaîtrait une inquiétante sous-représentativité du Pays Catalan au sein de la Région, qui démontre déjà, dans l’intention, une globalisation territoriale au profit de Montpellier, acceptée par la gauche catalane, dans la droite ligne du projet de région « Septimanie », avorté en 2005.

Partager