Langue

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, s’est distinguée à propos des identités, dimanche 25 novembre. La chaîne généraliste publique catalane TV3 lui a donné la parole dans son émission « Quatre gats », afin de comprendre le phénomène xénophobe français. Cette séquence a été l’occasion d’aborder la candidature de Manuel Valls, un « apparatchik socialiste », selon M. Le Pen, à la mairie de Barcelone. Le journaliste Ricard Ustrell a interrogé l’incarnation du nationalisme et du souverainisme français, sur le souverainisme catalan. « Je pense que voter ne serait pas la solution », a assuré l’ex-présidente du Front National à propos d’un référendum sur l’indépendance catalane.

Questionnée sur les Pyrénées-Orientales, la chef de file de l’extrême droite hexagonale a livré un avis lapidaire : « Que signifie la culture française ? Elle correspond à des racines chrétiennes, laïcisées par le Siècle des Lumières, avoir une langue, le français, qu’il faut défendre ».
« Le catalan, non ? », l’a relancée le journaliste. « Non, ceci, c’est la culture catalane. Le fait que vous parliez catalan en France ne veut pas dire qu’il y ait une culture catalane en France. Cela n’a aucun sens ». Cette étonnante déconstruction du réel, propre à plonger toute une population dans l’hébétude, interroge sur la stratégie lepéniste vers le Pays Catalan de France.

Partager