Langue

La présidente du Front National, Marine Le Pen, effectue pour la première fois depuis son accession à la présidence de son parti, une visite à caractère économique en Pays Catalan. Ce samedi, la candidate à l’élection présidentielle de 2012, résidente intermittente dans la ville de Millas, fera en effet un long passage par le Marché International Saint-Charles de Perpignan. A cette occasion, Mme Le Pen sera accompagnée par les élus FN de la Région Languedoc-Roussillon pour le département des Pyrénées-Orientales, Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, Irina Kortanek et Louis Aliot. Cette visite prévue de 9h à 11h permettra une longue inspection de la première plateforme de commercialisation et de transport de fruits et légumes de toute l’Union Européenne, créée il y a 40 ans.

Un entretien avec les dirigeants d’une entreprise du Pôle Économique Saint-Charles est également programmé lors de cette approche effectuée par la personnalité française positionnée en numéro un du protectionnisme. A cet effet, Marine Le Pen a promis ce jeudi la création de pas moins de 500.000 emplois industriels obtenus par un effet mécanique qu’elle envisage possible. Selon son appréciation, la France devrait imposer à ses frontières des droits de douane pour les produits des pays dont les coûts de productions sont inférieurs ceux de l’hexagone. L’Espagne et le passage frontalier du Perthus sont concernés par ce projet, qui concerne également le Marché Saint-Charles, grandement dépendant des flux de marchandises en provenance des pays du Maghreb et d’Espagne. Le déplacement de Mme Le Pen à Perpignan a fait l’objet, dès ce vendredi soir, d’une réaction de la nouvelle figure survoltée du Parti Communiste des Pyrénées-Orientales, Farid Mellal, qui a argumenté sur le virage économique opéré cette saison par le FN.