Langue

L’ancien Premier ministre Manuel Valls reste piégé en Catalogne, après son insuccès aux municipales de Barcelone, où il a concouru le 26 mai 2019 comme candidat du parti droitier Ciutadans. Dès le 28 février 2020, il évoquait un retour en France en indiquant « Je ne manquerai jamais d’être utile aux Français », dans une interview au Parisien. Le binational affirmait avoir «toujours eu un lien» avec Emmanuel Macron et qu’il lui « arrive d’échanger avec le président ou des membres du gouvernement ». Cet appel du pied dénotait l’ennui barcelonais de l’élu autoritaire, pour lequel la France est, tout compte fait, la « seule patrie ».

Une personnalité déjà rangée dans le passé ?

Déroutant pour ses alliés d‘hier et d’avant-hier, comme pour les observateurs, Manuel Valls a nourri des espoirs de renouer avec la politique française suite au projet d’union nationale envisagé par E. Macron pour sortir du Covid-19. Il avançait sur Europe 1, le 26 avril, que le Président de la République peut « se réinventer » avec lui, mais la réciproque n’existe pas : dans l’émission Quotidien de la chaîne TMC, le 29 avril, le journaliste Paul Larrouturou rapportait une indiscrétion de la présidence de la République, non démentie, au sujet d’un come-back : « Valls ? Absolument hors de question, on ne construit pas la France de 2021 avec les recalés de 2017 ».

Partager

Icona de pantalla completa