Langue

La question du nom « Occitanie » attribué à la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées reçoit un nouvel élément, fourni par le Premier ministre, Manuel Valls. Celui-ci avait été interpellé le 5 juillet par le sénateur des Pyrénées-Orientales et maire du Soler, François Calvet, membre des Républicains. Le parlementaire, premier vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole, avait averti M. Valls du risque d’un nom qui «raye de la carte l’exception culturelle, l’histoire et les traditions des 400.000 résidents du département des Pyrénées-Orientales». La réponse signée le 9 août par le Premier ministre est limpide : rappelant que la présidente régionale, Carole Delga, a organisé une consultation conclue par la victoire de la dénomination « Occitanie », il indique « le gouvernement s’en remet à la décision qui en est issue ». Le chef du gouvernement précise avoir communiqué les griefs du sénateur Calvet à Carole Delga et au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

La suite de la procédure semble devoir obéir au choix de l’assemblée régionale, établie à Toulouse, précédé d’un assentiment populaire certain, mais en dehors du Pays Catalan. Le Conseil d’État a jusqu’au 1er octobre pour adopter le nom « Occitanie » par décret. L’ajout d’un appendice « Pays Catalan », réclamé par certains, semble être voué à l’échec.

Courrier initial adressé par François Calvet à Manuel Valls, 5 juillet 2016.
Réponse de Manuel Valls adressée à François Calvet, 9 août 2016.

Partager

Icona de pantalla completa