Langue

En vue des élections des 6 et 13 décembre dans la grande région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, un premier sondage indiquait la victoire à Carole Delga. Cette étude Ifop publiée le 30 juillet attribuait 39% au second tour à la candidate socialiste, et la victoire. Mais une nouvelle étude publiée le 31 juillet par le magazine Valeurs Actuelles, réputé de droite, abaisse son score à 36% au second tour. La présidence resterait acquise à l’ancienne secrétaire d’Etat au Commerce et à l’Artisanat, mais 32% créditeraient le Républicain Dominique Reynié, à égalité avec le Front national Louis Aliot.

Un décalage entre l’opinion et le pouvoir

Pour le premier tour, l’entrée en lice de nouveaux candidats, comme Gérard Onesta pour Europe-Ecologie – Les Verts et le Front de gauche, change la donne du deuxième sondage. Le postulant à gauche du PS attirerait 14% des suffrages, Louis Aliot 27%, le maire de Montpellier, Philippe Saurel, recevrait 11% des voix, D. Reynié 25% et C. Delga à peine 19%. A la faveur du mode de scrutin majoritaire uninominal à deux tours, le report des voix serait cependant favorable à la candidate, lors d’un second tour difficile. Sociologiquement, un malentendu se produirait, à l’identique du résultat des dernières élections départementales dans les Pyrénées-Orientales. Une présidente de gauche serait en poste malgré une réalité électorale majoritairement marquée à droite.

Partager