Langue

L’attitude du président socialiste de la Région Languedoc-Roussillon, affirmant le 7 février dans les colonnes des Journaux du Midi «Je tordrai le cou à tous ces décideurs qui pensent que l’avenir se trouve à Gérone ou Barcelone. (…) J’ai en face de moi des incapables qui ne croient en rien », survoltent le secrétaire de l’UMP des Pyrénées-Orientales. Dans un communiqué du 8 février, Daniel Mach rend la pareille aux propos « insultants » de Christian Bourquin, qu’il invite à « assumer ses propres responsabilités » en tant que président du Conseil général des Pyrénées-Orientales de 1998 à 2010, puis du Conseil Régional Languedoc-Roussillon. Le maire de Pollestres, ancien député et actuel vice-président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée affirme que « celui qui est en charge du développement de l’aéroport – de Perpignan – c’est lui », tout en rendant M. Bourquin coupable du départ d’Air France, remplacé dès le 31 mars par la compagnie Hop!.

Une rafale verbale sur le chômage et la fiscalité

Dans son propos sanguin, Daniel Mach ose attribuer au président régional la vertu de battre « tous les records de taux de chômage en France » et de détenir « le nombre le plus élevé de bénéficiaires du RSA ». Le représentant de l’UMP précise encore « celui qui augmente le plus les impôts, c’est lui, celui qui dilapide le plus l’argent public, c’est lui » et ajoute : « Partout où il est passé, il a sévi ». Habillé pour l’hiver, le successeur de Georges Frêche est également visé dans son rôle de maire de Millas, excercé de 1995 à 2011. Sa commune « est la plus endettée », affirme M. Mach, à l’aune de 311,04 % de débordement calculés par rapport aux localités semblables. Adjectif pour adjectif, sans réel argumentaire, le maire de Pollestres souligne que « le département et la région ne font que se dégrader au fil de ses années de gestion » et, au regard de résultats qu’il juge « accablants », croit savoir que Christian Bourquin, « en plus d’être incapable (…) est aussi incompétent ».

Partager