Langue
La Clau
Louis Aliot perd l’élection de la présidence de Perpignan Méditerranée
Langue

Le maire de Perpignan, Louis Aliot (Rassemblement national, RN) n’a pas réussi à prendre la présidence de la métropole de Perpignan Méditerranée, en succession de son prédécesseur à la mairie, Jean-Marc Pujol, qu’il a battu le 28 juin. Le corps électoral, composé de l’ensemble des élus communautaires, soit 86 votants, a préféré Robert Vila, maire de Saint-Estève (divers droite), élu au second tour, avec 49 voix, face au dirigeant d’extrême droite, 33 voix. Le premier tour s’est soldé par un résultat de 38 voix pour R. Vila, 30 pour L. Aliot et 18 pour Alain Ferrand, maire divers droite du Barcarès, éliminé. Cette élection sans projet politique identifié, ni confrontation d’idées, s’est tenue dans la matinée. Elle permet à Louis Aliot d’obtenir un poste de 5e vice-président de l’agglomération.

Un cordon sanitaire autour de Robert Ménard à Béziers

L’événement de cette journée est bien d’avantage l’échec du nouveau maire de la capitale du Roussillon que le succès de celui de la ville du monastère. L’analogie s’impose avec la constitution de l’exécutif de l’agglomération Béziers Méditerranée. En 2014, cette intercommunalité a échappé à Robert Ménard, maire de Béziers soutenu par le RN, qui en est cependant le 2e vice-président délégué à l’Habitat. Le président est le maire de divers droite de la ville de Sérignan, Frédéric Lacas, qui a élargi les sympathies autour de sa personne. Pour le prochain scrutin, ce jeudi 16 juillet, nombre d’élus de gauche et de droite s’engagent pour reconduire le sortant, indépendamment de son projet, mais bien davantage dans l’intention de faire barrage au maire de la principale ville de ce territoire.

Partager

Icona de pantalla completa