Langue

Le secrétaire d’État chargé de la réforme territoriale, André Vallini, était présent sur RTL, ce dimanche 8 juin, pour évoquer le sujet brûlant de la future carte des Régions. Cet artisan du projet révélé dès le 1er juin a abordé les économies induites, après avoir été interrogé sur l’Hôtel de région de Clermont-Ferrand. Comme d’autres, ce bâtiment de 80 millions d’euros, à inaugurer le 21 juin dans des circonstances singulières, sera rendu caduque par l’addition de la Région Auvergne à sa voisine de Rhône-Alpes. Selon le ministre, une vente pure et simple de biens immobiliers suivra les fusions. « Rien n’est interdit », a souligné le sénateur PS de l’Isère, pour lequel des cessions profitables aux finances de l’Etat seront programmées de manière générale.

Le porte-parole de la réforme n’a pas fait allusion à l’Hôtel de la Région Languedoc-Roussillon, là-même où est décédé Georges Frêche, en octobre 2010. Mais son affirmation, vouée à défendre une réforme vertueuse, constitue une sérieuse menace pour l’imposant bâtiment inauguré en 1988 par l’architecte barcelonais Ricardo Bofill. En coulisses, un scénario possible indique une transformation en siège de la future métropole de Montpellier, sans garanties.

Partager

Icona de pantalla completa