Langue

La Rassemblement national (RN) a totalisé 30,1% des voix à Perpignan, ce dimanche 26 mai, à l’occasion des élections européennes. Le parti de Marine Le Pen se place nettement en tête du scrutin, face à la République en Marche d’Emmanuel Macron, titulaire de 19,59%. La troisième force politique de la ville devient Europe Ecologie Les Verts, à 10,72%. Cette élection dont a été exclu Louis Aliot, l’ex-compagnon de la présidente du parti, confirme une fois de plus la présence massive de l’extrême droite dans la ville. A la suite des trois première listes, la France Insoumise accomplit un score de 7,24 % dans la capitale du Roussillon, suivie de Place Publique-Parti socialiste à 5,67% et de Génération-s, menée par Benoît Hamon, à 3,08%. La liste communiste ferme la marche des listes significatives, à 2,75 %.

Désaveu pour le maire J.M. Pujol et les Républicains

Déception ou humiliation, le résultat des Républicains à Perpignan est de 7,68%. Le parti du maire Jean-Marc Pujol et de son dissident Olivier Amiel est minoritaire en tant qu’étiquette. Comparer européennes et municipales est fantasque, car la présence d’un seul tour, comme à Berlin ou Barcelone, aurait provoqué l’élection de Louis Aliot en 2014. Mais la faiblesse du parti de Laurent Wauquiez, autant que la performance des écologistes, laissent entendre des espoirs et des désespoirs pour l’échéance de 2020.

Partager

Icona de pantalla completa